Le forum BFConnexion

Le forum de toutes les batteries fanfares


Partagez

descriptionL'histoire de la PP EmptyL'histoire de la PP

more_horiz
A la faveur d'une insomnie matinale...
... UN peu d'histoire !

La Musique des Gardiens de la Paix doit sa naissance au mouvement associatif (et oui...). C'est en 1919 que se crée une "association musicale du 5e district", qq flicards - musiciens amateurs - qui se constituent en association. A cette époque, il faut rappeller que la police parisienne est encore une police municipale. Assez vite, cette asso. propose à la Préfecture de Police ses services à l'occasion des cérémonies. 10 ans plus tard, c'est le Préfet Jean Chiappe qui "officialise" la musique et lui donne son nom de "Musique des Gardiens de la Paix de la Préfecture de Police".
Dès lors, cette formation prend son essor mais restera encore un moment une phalange "semi-amateur", les musiciens répétant le matin et rejoignant leur affectation en commissariat l'après midi.
Arrive la guerre. La musique est "mise en sommeil". Dans ses rangs comptent des résistants dont 3 d'entre eux tomberont. Notre salle de répétition porte toujours le nom de "Georges Clergeot", l'un de ses malheureux musiciens.
19 Aout 44. La préfecture de police se soulève (rappelez vous "Paris brule-t-il ?"). Le 25, Paris est libéré. Charles De Gaulle défile sur les Champs Elysées. Sous l'Arc de Triomphe, la Musique des Gardiens de la Paix s'est - "à la va-vite" - reconstituée. On ressort des armoires les instruments et - pour la première fois depuis longtemps, retenti la "première" Marseillaise dans la France libérée (C'était nous ! Snif !).
Quelques années plus tard arrive à la Musique un personnage "clef" : Désiré Dondeyne. Elève de Darius Milhaud, ce dernier était un ami personnel de Louis Amade, Préfet de Paris mais - surtout - poête et parolier de Gilbert Bécaud (entre autres). Des liens se tissent.
D. Dondeyne travaille d'arrache pied à réhausser le niveau musical de cet orchestre et - enfin - en 1962, obtient des statuts à la Musique.
De ce jour, les "flics musiciens" deviennent des "musiciens flics" et quittent leurs commissariat définitivement pour ne plus s'adonner qu'à la musique.
Il y aura encore par la suite qq "réquisitions" - lors d'évènements exceptionnels (mai 68 et la vague d'attentats de 84), mais bien rares.
Entre 1929 et aujourd'hui, pas moins de 130 enregistrements ont été effectués (!), dont un salué par le Grand Prix Charles Cros.
Après D. Dondeyne, Claude Pichaureau prend la suite, puis François Boulanger, puis Louis Tillet et - aujourd'hui, Philippe Ferro.
A la B-F, c'est Pierre Bréard qui fut le bras droit de Dondeyne, puis vint Michel Dubreuil et ma pomme depuis 93.

Fermez vos livres d'histoire, c'est la récré (et mon café est près).

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Bonjour à tous.

Historique très interessant.

On attend donc le même des autres grandes formations.

Bye

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
bonjour !

bonne initiative Tamino, et merci pour cet historique.

je souhaite moi aussi que ce soit le premier de la série "l'histoire de ...."

Mrs les TM et CDM, prenez votre plume

merci JJC

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Bonjour,

J'ai trouvé à l'occasion d'une recherche sur Google ton article qui parle d'un Georges Clergeot musicien dont le nom a été attribué à une salle de musique.
Mon grand père s'appelait aussi Georges Clergeot.
Il n'était pas musicien mais commisaire de police à Paris en 1944.
Je t'adresse à ce sujet une adresse ;
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1996_num_49_1_3484?_Prescripts_Search_tabs1=standard &
A la page 64 et note 8 du document tu sauras qui était mon grand père et Serge était son fils aîné fusillé.
Je sais qu'à la préfecture de police de Paris une salle (que je n'ai pas encore pu visiter) porte le nom de Georges Clergeot.
Est-ce la même ?.
Si tu as d'autres infos à ce sujet, je serai heureux d'en prendre connaissance.

Cordialement

Guy Clergeot (le petit-fils de Georges Clergeot)

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Il est en effet intéressant de connaître l'histoire de chaque formation musicales pro, en ce qui concerne la Musique de l'Air vous pouvez voir une vidéo sur mon site : http://michel.mathieu01.free.fr , à la rubrique "Videos orchestre harmonie Air" , la vidéo N°1 retrace le parcours de cette formation musicale depuis sa création.

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
J'ai pour ma part lu " Dans les archives secrètes de la Police" et voici ce que l'on peut lire sur la musique de la PP.

par Hugues BLUNAT (chargé des relations extérieures de la Musique des Gardiens de la Paix de la Préfecture de Police)



Les formations de plein air des Gardes Françaises animent la capitale dès les fêtes civiques de la Révolution.

En 1919, se constitue l'Union musicale du 7ème district, qui regroupe une soixantaine de fonctionnaires travaillant dans les commissariats des XVIIIème et XIXème arrondisements.

Le 31 mars 1929, à l'occasion du centenaire du corps des gardiens de la paix, le Préfet Jean CHIAPPE entérine la naissance officielle de l'orchestre: L'Union Musicale devient la " Musique des Gardiens de la Paix" sous la baguette de Jules BLEU, puis de Denis ROUSSEL et Félix COULIBEUF.

La guerre met la formation en sommeil jusqu'en 1942 où elle crée son propre réseau de résistance. Trois musiciens paient cet engagement de leur vie : Georges PREVOT (tuba), Philippe CHEVRIER (tuba) et Philippe SITTERLIN (clairon).

A la libération, le 19 août 1944, le drapeau tricolore qui flotte sur la Préfecture de Police est celui de la Musique dont on a décousu la lyre.

Le 25 août 1944, quand le général De Gaulle entre dans la cour d'honneur de la Préfecture de Police, la Musique des Gardiens de la Paix joue " La Marseillaise" interdite pendant quatre années d'occupation. La formation tirera une grande légitimité de son implication particulière dans l'histoire.

Elle devient professionnelle en 1962 grâce à l'action de Désiré DONDEYNE, son chef de musique. Il développe des collaborations artistiques avec des personnalités musicales de premier plan telles qu'Henri DUTILLEUX, Darius MILHAUD, Germaine TAILLEFERRE ou Henri TOMASI.

Le répertoire s'en trouve enrichi d'oeuvres originales des plus grands compoiteurs contemporains.

Ainsi la Préfecture de Police dispose aujourd'hui d'une institution musicale de premier plan.

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Voici un commentaire retrouvé sur la batterie fanfare (Tamino pourra étayer je pense)

Dès sa formation en 1929 par le Préfet jean CHIAPPE, la Musique des Gardiens de la Paix de paris issue de l'Union Musicale de la Préfecture de Police est dotée d'une Batterie de Tambours et Clairons.

L'évolution de cette batterie en Batterie fanfare composée de Clairons, Clairons Basses, Trompettes d'ordonnance, Trompettes Basses, Cors miB Contre-Basses Si b et Mi b, tambours et pupitre de percussion devient effective avec l'apparition vers 1960 de compositions moderne exploitant judicieusement l'ensemble des pupitres tenus par d'excellents musiciens recrutés par voie de concours dont les épreuves techniques sont d'un niveau très élevé.

A l'instar de Jacques DEVOGEL, de nombreux compositeurs réputés, ont manifesté un intérêt particulier en écrivant pour ce type de formation, des oeuvres de genre classiques et modernes.

Le rôle actif de la Batterie Fanfare des Gardiens de la Paix de Paris se concrétise par des prestations diverses: cérémonies officielles de la ville de Paris, prises d'Armes, concerts publics, déplacements en France et à l'étranger, enregistrement de disques etc...

la qualité de ses prestations crédite à la Batterie Fanfare des Gardiens de la Paix sa part dans la contribution au renom et au prestige de la ville de Paris et de sa Préfecture de Police..

Dernière édition par pat2412 le Jeu 22 Juil 2010 - 11:27, édité 1 fois

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Bonjour Guy
Très intéressant tout ça, je crois savoir effectivement de quelle salle il s'agit et à vrai dire je n'avais jamais fait le rapprochement. Pour ce qui concerne la Musique, nous ne sommes pas du tout situés dans le bâtiment de la Préfecture mais dans le 11e arrdt, totalement indépendants de toute autre unité de police. Je vais me renseigner là dessus car je ne sais pas du tout s'il s'agit du même "Clergeot". C'est probable dans le sens où en 44 la Musique était "en sommeil" mais toujours constituée de fonctionnaires qui - en marge de leurs fonctions policières - participaient aux activités musicale. La Musique n'était pas encore "professionnalisée".
Sais-tu si ton grand père était musicien amateur ?
De mon côté je me renseigne mais je n'aurai ces informations qu'au mois d'aout ou septembre, je suis en ce moment en congés.



guytou59 a écrit:
Bonjour,

J'ai trouvé à l'occasion d'une recherche sur Google ton article qui parle d'un Georges Clergeot musicien dont le nom a été attribué à une salle de musique.
Mon grand père s'appelait aussi Georges Clergeot.
Il n'était pas musicien mais commisaire de police à Paris en 1944.
Je t'adresse à ce sujet une adresse ;
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] &
A la page 64 et note 8 du document tu sauras qui était mon grand père et Serge était son fils aîné fusillé.
Je sais qu'à la préfecture de police de Paris une salle (que je n'ai pas encore pu visiter) porte le nom de Georges Clergeot.
Est-ce la même ?.
Si tu as d'autres infos à ce sujet, je serai heureux d'en prendre connaissance.

Cordialement

Guy Clergeot (le petit-fils de Georges Clergeot)

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Effroyable confusion !
J'ai mélangé les noms de "Clergeot" et "Prévot"...
Effectivement, lorsque j'ai rédigé mon premier message sur ce sujet, j'ai confondu ces deux noms, sans doute avais-je vu passer sous mes yeux une note de service avec le nom de "Clergeot", ou qq chose dans le genre. Pas de confusion possible, il y a bien un "Georges Prévot", musicien et un "Georges Clergeot", promu commissaire de police en 44, selon les documents dont j'ai pris connaissance.
Il n'empêche, cher Guy, que je peux tout à fait te mettre en relation avec le responsable des archives de la Préfecture de Police, puisque ce service appartient au même "pôle" que celui de la Musique.
Tu auras la chance, du moins j'espère (cela dépendra du service en question), de pouvoir accéder à des documents concernant ton grand père.

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Je te remerci Jean-Jacques pour ta proposition de me mettre en relation avec le responsable des archives de la Préfecture de Police.
Pour répondre à ta question, je n'ai pas le souvenir d'avoir vu étant gamin mon grand-père jouer d'un instrument de musique.
Sinon je te souhaite de bonnes vacances et tu pourras reprendre conctact avec moi fin septembre car rien ne presse.

très cordialement

Guy

descriptionL'histoire de la PP EmptyRe: L'histoire de la PP

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum